Je viens de lire que les employés de Merck Serono s'amusent manifestent en plein lundi après-midi dans les rues de Genève, et bien sûr, Genève étant ce qu'elle est, cela provoque des bouchons de circulation. Pourquoi une telle action? S'agirait-il d'exprimer et démontrer à quel point ces gens se réveillent chaque matin dans le déni? Ils ne sont pourtant pour la grande majorité que les simples victimes d'une pratique économique qu'ils ont eux-mêmes soutenue, dans la plus grande hypocrisie. Combien de ces manifestants sont-ils déjà descendus au moins une fois dans la rue pour marcher aux côtés d'autres victimes du capitalisme et de la globalisation? Combien d'insultes ont-ils déjà proféré lorsque, rentrant du bureau à bord de leur berline rutilante d'options, un ralentissement sur la route leur fait perdre dix minutes de leur vie précieuse? Voici que ces soi-disant concernés de la vie du travail s'octroient désormais le droit de ralentir les autres. En agissant ainsi, ils reproduisent exactement le même schéma d'égoïsme exacerbé que pratique goulûment leur Direction. Du coup, ma mauvaise langue fourche et dérape: bon vent.