Prendre l'avion est-il devenu trop dangereux ?

Si, suite aux récents incidents survenus dans l'océan Indien, en Ukraine, à Taiwan ou encore au nord de l'Afrique, vous commencez à vous demander si prendre l'avion est devenu trop dangereux, sachez que la réponse est, non, totalement non, définitivement non.

Cette peur totalement irrationnelle, devenue soudainement présente dans de nombreux esprits, est le fruit d'une démarche déjà bien rodée mise en oeuvre par les médias d'information grand public dont l'objectif est le même chaque été : trouver un truc qui fait peur à leurs lecteurs et focaliser l'actualité dessus, jusqu'à ce qu'un autre truc encore plus dégueulasse ne survienne...

En premier lieu, il faut retenir ici que nous avons ce qui s'appelle une loi des séries : un avion de la compagnie Malaysia Airlines disparaît on ne sait où et voilà que quelques jours plus tard, un avion de la même compagnie se prend un missile sol-air dans le réacteur alors qu'il survole l'Ukraine à plus de 30'000 10'000 mètres d'altitude. Dans le premier cas, on a un scénario triangle des Bermudes (la presse raffole des cas laissant de la place à la spéculation, que de la spéculation, rien que de la spéculation) et dans le second, une erreur grotesque causée par une bande d'arriérés à qui un certain gouvernement irresponsable a offert des lanceurs de missiles capables d'aller percuter à une vitesse de 3'675km/h des avions naviguant à plus de 30'000 10'000 mètres d'altitude au-dessus de leur tête.

Et oui, 298 personnes sauvagement brûlées ou asphyxiées en pleine troposphere à cause d'un séparatiste (probablement ivrogne au moment du clic de souris fatal puisqu'il a confondu la silhouette d'un avion civil avec un bombardier militaire), il n'en fallait pas plus pour créer une perturbation dans la Force.

Deuxièmement, la statistique est ton amie. Le monde aérien est très informatisé, produit énormément de statistiques et devrait donc être relativement perméable aux spéculations. En 2013, les avions ont effectué plus de 32 millions de vols (et l'on ne compte ici que les vols commerciaux " recensés " par le contrôle aérien) et l'on a recensé 90 accidents. Et oui, il s'agit d'une probabilité d'accident de 0.00028125% ou en termes plus réalistes, un accident tous les 355'555 vols. A titre de comparaison, cette probabilité est multipliée par 2 lorsque l'on prend le train, par 100 lorsque l'on prend la voiture et par 3'000 si l'on monte sur un deux-roues (chiffres US). Si l'on ne regarde plus le nombre d'accidents mais le nombre de décès, l'on notera que 173 personnes ont été tuées dans des vols commerciaux en 2013, dans le monde.

A titre de simple comparaison : la foudre a tué en 2013 plus de 6'000 personnes (certains estiment jusqu'à 24'000 morts) et le cancer et les maladies cardiovasculaires touchent fatalement 7,9 personnes sur 1000 (0.79%). Ceci signifie en gros que l'on a 2800 fois plus de chances de mourir d'un cancer ou d'un accident cardiovasculaire dans l'année que si l'on prenait l'avion 972 fois....chaque jour...

Finalement, il est surtout important de conclure cette note par une minute de silence, en hommage aux 4'600 américains tués en moyenne, chaque année, par...des cacahuètes. Et oui, qu'il s'agisse d'allergies ou " à l'étouffée ", consommer ces petites noix si appréciées reste 27 fois plus meurtrier que prendre l'avion...

A bon entendeur.