Certains de mes "amis" Fessedebouc me donnent la nausée ce soir lorsque je les vois commenter ou "liker" afin de manifester leur "choc" en voyant la photo du petit Aylan noyé.

Quelle hypocrisie! La photo du petit Aylan, mort noyé, sorti de l'eau par son père, n'est absolument pas choquante. Au mieux, c'est une belle photo qui, certes, immortalise un événement terrible. Rien de plus.

Nous sommes invités à croire que cette photo est "choquante" parce que les médias l'ont décidé pour nous. Les rédactions au sein de la grande majorité des maisons de presse européennes n'ont rien d'autre à se mettre sous la dent en ce moment que le problème des réfugiés et tentent tant bien que mal de solliciter nos émotions en transformant un problème social, qui exige une résolution rationnelle et collaborative, en un spectacle rythmé par des annonces à caractère sensationnel. Pourquoi citer un panel d'économistes qui nous disent que tout va bien alors que l'on peut donner la parole à des mercenaires politiques dont la seule mission est de semer la peur et l'insécurité au sein de la population?

Le but n'est pas de nous réveiller ni de nous faire agir, le but est de générer du trafic, de "mettre du temps de cerveau humain à disposition des annonceurs et publicitaires" (si tu sais à qui et à quoi je fais référence, tu n'as probablement pas besoin de lire la suite), rien de plus.

N'oublions pas: nous n'avons à aucun instant eu le droit de cité dans cette affaire. Il appartient à chacun de décider de ce qui est ou n'est pas choquant. Ce n'est ni à la Tribune de Genève, ni à notre présentateur de journal télévisé favori, ni aux 224 "j'aime" sur un post Fessebouc qu'appartient cette décision. TU décides quelle photo te choque et TU décides quelle photo ne te choque pas!

Cette manoeuvre a un nom: chantage affectif. Les médias trouveront toujours une photo d'un petit enfant, pas trop blanc si possible, assoiffé, affamé, orphelin, mourant, probablement victime d'une saloperie d'ordre sexuel. Les médias seront toujours les premiers à nous rappeler qu'il y a de la misère dans le monde et que "c'est trop dégueulasse". Ne l'oublie pas: la mission de la presse est d'informer, pas de te choquer. Combien de fois as-tu lu que le garçonnet, bien qu'étant syrien, a en fait grandi avec sa famille en Turquie. Ses parents avaient du travail et ne courraient aucun danger particulier. Ses parents ont décidé que l'Europe serait mieux. Ils ont cru à un mensonge vendu à coup de liasses de 2'500 euros par des passeurs dont le modèle économique consiste à faire croire aux gens que la richesse les attend de l'autre côté de la mer. Ses parents ont tué cet enfant bien avant toi, citoyen, ou citoyenne, de l'Europe!

J'ai un scoop: des Aylan, il y en a des millions, et ce depuis bien longtemps. Jusque ici ça ne nous a pas empêché de nous offrir des smartphones haut de gamme, de belles voitures, de succomber à l'obsession de l'accès à la propriété, au voyeurisme sur les réseaux sociaux sans oublier de pester chaque soir à table sur les étrangers qui viennent nous voler notre travail. Si les médias nous affichent cette photo un certain jour, c'est que ce jour-ci, ils n'avaient rien d'autre à nous raconter. Ni plus, ni moins.

Cette photo te choque? Dis-toi que le plus choquant, c'est que cette photo a encore le pouvoir de te choquer... Ça, c'est choquant.